Comme un air de 2013 !

Au terme d’une fin de match haletante, l’Olympique Lyonnais s’est offert le 118e derby de l’histoire sur la pelouse de l’AS Saint-Etienne (1-2). Moussa Dembélé a offert la victoire aux Lyonnais à la 95e minute de jeu. Hamouma avait ouvert le score en première période avant que Fekir n’égalise sur penalty à la 65e. Grâce à cette victoire de prestige, l’OL remonte sur le podium et prend un point d’avance sur son rival historique.

Comme un air de 2013. A la manière de Jimmy Briand dans les dernières secondes il y a un peu plus de cinq ans, Moussa Dembélé a offert à Lyon, dans les ultimes instants du 118e derby, une victoire précieuse sur la pelouse de Saint-Etienne dimanche soir (1-2). A l’issue d’une rencontre décousue et parfois folle, les Gones repassent devant les Verts au classement, grimpant de nouveau sur le podium. Les hommes de Jean-Louis Gasset, eux, chutent pour la première fois de la saison à Geoffroy-Guichard.

Saint-Etienne ne méritait pas ça. Une défaite aurait été très sévère pour Lyon. Mais un nul n’aurait eu aucun sens dans ce match. Alors Moussa Dembélé est venu, d’une tête sur la dernière attaque lyonnaise (1-2, 95e) corriger son gros raté intervenu quelques secondes plus tôt, déjà sur un centre parfait de Léo Dubois. Pour que ce 118e derby accouche d’un dénouement qui restera dans les mémoires. Pour faire fructifier l’égalisation de Nabil Fekir sur un penalty extrêmement cruel concédé par Loïc Perrin (1-1, 65e). Pour anéantir la si belle histoire écrite par le revenant Romain Hamouma, premier buteur de la soirée (1-0, 21e).

Lopes, héros lyonnais

Mais dans un match qui a fait passer le Chaudron de l’ennui aux frissons sans prévenir, c’est bien la prestation des gardiens qu’il faudra retenir. Et en particulier celle d’Anthony Lopes, véritable homme de la soirée. Le Portugais a réalisé une triple parade incroyable juste avant l’égalisation lyonnaise (62e), avant d’écœurer Cabella (89e). Ruffier a aussi brillé dans sa cage, devant Depay(12e) Fekir (34e, 86e) ou même face à son propre capitaine dès la reprise (46e). Des arrêts à la pelle (39 tirs, 15 cadrés dans le match) alors que dans le jeu, les deux ennemis n’ont pas souvent été inspirés .

Une histoire de détails, comme régulièrement dans ce genre de rencontres. Comme au match aller, en tout cas. Et au final, l’OL s’offre les deux derbies au cœur d’une saison très irrégulière. Sainté n’a plus qu’une victoire d’avance sur son voisin dans l’histoire de leurs confrontations…

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.