OL : Joachim Andersen, l’apprentissage par la douleur

Arrivé à l’Olympique lyonnais en juillet dernier en provenance de la Sampdoria de Gênes, Joachim Andersen connait, à l’image de ses coéquipiers, un début de saison compliqué. Pourtant, le jeune défenseur danois semble peu à peu trouver ses marques au sein de la défense Lyonnaise.

 Si la sinistrose règne dans les rangs de l’Olympique lyonnais depuis maintenant quelques semaines, en cause une série de huit matchs sans la moindre victoire en championnat, le club rhodanien pourra néanmoins trouver, au-delà du marasme sportif dans lequel il est actuellement embourbé, un peu de réconfort en observant l’évolution de l’une de ses recrues estivales, en la personne de Joachim Andersen.

 Un statut à assumer

Arrivé cet été en grandes pompes en provenance de la Sampdoria de Gênes avec, à la clé, le deuxième transfert le plus important de l’histoire du club (24ME + d’éventuels bonus), Joachim Andersen devait incarner la figure de proue de cet Olympique lyonnais new look version SylvinhoJuninho. Surtout, le danois, qui jouit d’une belle réputation au Danemark mais également en Italie, suite à son passage en Serie A, avait pour mission d’apporter la stabilité défensive tant recherchée par le staff de l’OL.

 Une intégration difficile

Aligné lors de ses premières sorties rhodaniennes au côté de Jason Denayer, Joachim Andersen a tout d’abord semblé peu à l’aise dans le schéma à quatre défenseurs concocté par l’entraîneur Sylvinho. En manque de repères et d’automatismes, Andersen s’est ainsi rendu coupable de plusieurs erreurs ayant, pour certaines, coûté très chères à l’OL. Des débuts compliqués donc pour le nouveau défenseur de l’OL qui ont fait craindre aux supporteurs lyonnais une « erreur de casting ».

 Un changement tactique salutaire

Mais depuis plusieurs rencontres maintenant, Joachim Andersen semble avoir retrouvé quelques couleurs. De retour dans le onze de départ de Sylvinho face au Paris Saint-Germain le 22 septembre dernier, le défenseur danois a livré une prestation de belle facture et ce malgré la défaite de son équipe (0-1) (Ajouter le lien vers le match PSG-OL). Présent dans les duels et bon dans la relance, Andersen a su profiter du changement tactique en 3-5-2 opéré par Sylvinho avec un dispositif à trois défenseurs qui verrouille l’axe de la défense. La possibilité d’un passage rapide à cinq défenseurs permet également à la défense centrale d’évoluer avec davantage de sérénité.

Alors que l’Olympique lyonnais traverse actuellement une crise de résultats qu’il n’avait pas connu depuis fort longtemps (Ajouter le lien de l’article statistique depuis 1995) à ce stade si précoce de la saison, la montée en puissance de Joachim Andersen apparaît de ce fait comme une éclaircie dans le ciel pour le moins sombre et orageux du club septuple champion de France.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.